Accueil » Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études – Partie 1

tout le monde n'a pas eu la chance de rater ses études

Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études – Partie 1

Fin juillet 2017, on ne peut le deviner de l’extérieur, mais c’est une réelle tempête qui fait rage à l’intérieur. Une idée m’est venue, et elle est en train de tout bouleverser : j’ai envie d’arrêter les études.

À ce moment là, ma raison ne veut pas laisser cette idée germer, elle doit l’analyser. J’ai besoin de réponses, de savoir si c’est encore une de mes idées folles ou si elle est réalisable. J’ai aussi besoin de m’aérer l’esprit.

Je sors : direction la Fnac. Comme à mon habitude, je me rends directement au rayon livre. Cette fois ci c’est avec le rayon Management/Marketing que j’ai rendez-vous.

J’arrive dans le rayon, je me baisse, attrape un premier livre : mouais. Je le repose, me redresse, lève la tête et me retrouve littéralement nez à nez avec ça : « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études ».

Wait what ? Qu’est-ce que c’est qu’ça, c’est une blague ?

Ni une, ni deux, le livre est dans mes mains. Je le retourne : « Vous en avez assez du métro-boulot-dodo, ou de ces études interminables dans lesquelles vous apprenez surtout des choses qui ne vous serviront pas ? Brisez la routine et réussissez en dehors du système ».

Tout le monde n'a pas eu la chance de rater ses études

La graine est plantée. Y’a plus qu’à faire germer.

 

Ce livre qui avait été écrit pour moi

Découvrir ce livre fut un moment… dingue. Vraiment. Je ne saurais expliquer ce que j’ai ressenti à cet instant (et je pèse mes mots).

Tout d’abord, j’ai compris que je n’étais pas seul. J’ai compris que cet état d’esprit dans lequel j’étais n’était pas invraisemblable. Je me suis dit « mais c’est ouf, c’est exactement ce que je pense ! ». Ma pensée se matérialisait.

Depuis un peu plus d’un an maintenant, je me suis rendu compte qu’une phrase (vous savez ce genre de phrases « toute faites ») était vraie : rien n’arrive par hasard/tout arrive pour une raison. Tomber par hasard sur Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études n’a fait que confirmer cette croyance.

Pour l’anecdote, je viens de voir que le livre avait été publié en 2016 le jour de mon anniversaire. Je dis ça, je dis rien.

Depuis que je l’ai acquis, je ne cesse de me répéter que ce livre était fait pour moi. Chaque idée énoncée résonne en moi, chaque chapitre apporte du sens.

Si cela est possible, c’est grâce à son auteur, Monsieur Olivier Roland. Olivier est un entrepreneur, un vrai. Il a arrêté ses études en 1ère L pour monter sa boîte de dépannage informatique à 19ans, quand il se rend compte du manque de sociétés dans ce domaine. Depuis, il a créé plusieurs blogs, tous autant populaires, et aide d’autres personnes à (se) lancer (dans) leur vie. D’où l’écriture de ce livre. Si tu lis ça un jour Olivier : merci. Ses entreprises sont aujourd’hui au service de sa vie, et non l’inverse. Vous vouliez de l’inspiration ?

olivier roland

Dès le début, le ton est donné, ce livre est « un livre dont vous êtes le héro ». Si vous le lisez, « vous avez décidé de vous bouger » ce qui est « un but admirable » à ne pas abandonner.

L’auteur explique des grands principes fondamentaux et expose les limites de notre société. Il s’appuie sur des exemples et des témoignages qui m’ont permis de prendre du recul et de changer ma vision de certaines choses (et, souvent, de confirmer cette vision). Beaucoup de conseils sont donnés, de vérités sont énoncées, ce qui me fait réfléchir et me remet en question. C’est aussi et surtout un livre pratique qui propose des actions à accomplir, des choses à mettre en place. Ce que j’ai fait.

 

La base de la crème

Avant même d’entrer dans le vif du sujet (avant le chapitre 1 quoi), Olivier Roland commence par ses 3 principes « incontournables ». Ce sont comme des fondamentaux, des bases pour notre état d’esprit.

Ces 3 principes les voici :

  • le bon scepticisme : être sceptique mais de la bonne manière, c’est à dire en testant une méthode pour déterminer si elle fonctionne pour nous : « il faut tester par vous même pour savoir si cela vous apporte quelque chose de concret ». On peut douter de la performance d’une méthode, oui, mais il ne faut pas s’arrêter à ce doute ;
  • il existe de meilleures méthodes dans chaque domaine : tout, à un moment donné, a été amélioré. Une méthode utilisée auparavant pour effectuer une action serait improbable aujourd’hui. Il faut donc veiller à ne pas s’arrêter à ce que l’on fait/sait déjà ;
  • la loi de Pareto : le must, le 80/20 : 80% des effets sont produits par 20% des causes. Un exemple pour comprendre : 80% du chiffre d’affaires d’une entreprise est créé par 20% de son travail. Essayez de l’appliquer à n’importe quoi et vous verrez !

Et tout ça rien que dans l’introduction, j’étais déjà conquis. J’avais l’impression d’avoir déjà appris énormément. Et c’est sans parler des exemples utilisés ! Retrouvez ces trois principes en détail ici.

 

L’école du 19ème siècle

Le sujet de la 1ère partie est l’apprentissage au 21ème siècle. Sont regroupés : une étude sur le système éducatif, des méthodes d’apprentissage, des conseils pour améliorer ses capacités et son quotidien, et encore plein d’autres choses super géniales. (je devrais arrêter de m’emballer, je sais, mais je ne peux pas)

Lorsqu’il en vient au système éducatif et à sa vision de celui-ci, autant vous dire que l’auteur a toute mon attention. Ses idées sont en parfait accord avec les miennes (Olivier sort de ma tête !).

Il écrit par exemple : « Qu’avez vous retenu de vos cours sur l’histoire de l’Egypte ancienne au collège ? Des cours de géographie sur l’économie du Burkina Faso ? Des cours de biologie sur la sexualité des souris ? ». Euh, laissez moi réfléchir…. pyramide ?

Vous vous dites peut-être que c’est « trop », qu’il ne faut pas « abuser », mais telle est la réalité.

C’est comme ce que j’écrivais dans mon premier article, concernant les matières « inutiles » que l’on retrouvait encore et encore, me donnant tant l’impression de perdre mon temps. Je ne dis pas que ce sont des connaissances inutiles, elles sont même intéressantes, mais je pense qu’elles doivent rester de l’ordre du hobby. Je m’explique : souvent, en cours, je me disais « ça tu vois c’est intéressant, mais je préférerais que ce soit un documentaire que j’aurais moi-même choisi de regarder plutôt que ce texte à lire obligatoirement pour un contrôle ».

Lui-même écrit aussi : « Je tiens à clarifier ma position : je suis un grand fan d’éducation. […] Cependant il y a éducation et éducation. Passer des années à apprendre des choses dont pour l’essentiel vous ne vous servirez pas […] n’est pas ce que j’appelle une éducation très efficace. »

système éducatif arriéré

Sur l’éducation, je suis donc complètement d’accord avec l’auteur. Je reste persuadé que l’on ne nous propose pas les bonnes matières. Olivier Roland part d’ailleurs de cette idée en énonçant ces trois domaines qui devraient avoir une place important dans l’éducation actuelle mais qui ne sont malheureusement pas (bien) enseignés :

  • l’informatique, qui est de nos jours la base de la base, surtout vu la tournure que prend notre société
  • l’anglais (ou au moins une autre langue étrangère), exemple frappant des problèmes du système éducatif
  • le fait d’apprendre toute notre vie, car, désolé jeunes gens, un diplôme en poche ne devrait pas signifier « j’ai fini d’apprendre »

Non, au lieu de ça on vous bombarde d’informations censées vous éduquer. Comme dans les prépas par exemple, sur lesquelles j’ai mon avis bien formé… !

 

Bref, j’ai adoré ce que j’ai lu, et pas seulement car la vision de l’auteur allait dans mon sens !

Je ne vais pas vous spoiler le livre mais je vous invite à prendre également connaissance de ces deux « concepts », qui vous permettrons de repenser et remettre en question notre société :

 

Là vous devez vous dire que je suis quelqu’un de super négatif et m’imaginer dans le noir dans un coin de ma chambre en train de médire de la société. Et je le comprends bien. Parce-que vous avez raison.

L’humour, ma première qualité.

Non, je suis quelqu’un de très optimiste. C’est pour cela que j’ai été très enthousiaste pour ce qui a suivi !

 

Hackez votre vie ! (rien qu’ça)

Hacker, hacker… Attends, un hacker c’est pas un pirate informatique ?

Si, c’est bien ça.

Mais vous vous doutez bien que je ne vais pas vous proposer de télécharger votre vie dans le Cloud, n’est-ce pas ? Bon.

« Hacker » a plusieurs sens. Hacker sa vie veut dire ici : prendre des mesures pour améliorer sa vie, notamment en contournant un système établi. Un « life hack » est une astuce qui améliore le quotidien.

Et des life hacks, Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études en est rempli ! Que ce soit pour hacker sa volonté, son intelligence, sa motivation, son sommeil, son corps, tout y passe ! Comme je le disais en début d’article, Olivier Roland donne plein de conseils, propose des actions et vous met aussi, parfois, la vérité devant les yeux (hummm, je ne suis pas sûr de cette expression..). Vous voiler la face ? Ça ne sert à rien, #SorryNotSorry !

Du coup, moi, tout ouïe attentive, j’ai bu ses écrits, littéralement. (ah vous l’aviez jamais lu celle-là hein ?)

Mais alors, qu’est-ce que j’ai mis en place, changé dans ma vie ?

 

Intelligent tu seras

L’intelligence. Ce n’est pas donné à tout le monde. Heureusement j’ai eu la chance d’en être doté.

Ça va, ça va, je rigole !

Tout le monde est intelligent, que vous le croyez ou non. En revanche, travailler cette intelligence vous différenciera de « tout le monde », car ça se travaille l’intelligence.

N’en ayant pas pris conscience plus tôt, j’ai commencé à « jouer » au Dual N-Back. Ce jeu permet d’augmenter son intelligence fluide. Je ne suis pas bien placé pour vous expliquer la différence entre chaque intelligence, donc je ne le ferai pas. Retenez juste qu’on pensait pendant longemps que c’était la seule intelligence qui ne pouvait pas être améliorée…. jusqu’à la découverte d’une méthode, celle sur laquelle se base ce jeu !

Alors, tenté par torturer votre esprit ?

Dou iou spique inglich ?

J’ai pris conscience qu’il fallait que j’entretienne mon anglais. Tout comme on entretient son corps, il faut entretenir son anglais. Car depuis mon retour de Londres (je vous ai dit qu’Olivier vivait à Londres ?!), je n’ai plus trop l’occasion de le pratiquer.

Alors j’ai suivi ses conseils, et m’y suis remis grâce à deux applications mobiles conseillées :

  • Duolingo (très connue)
  • Mosalingua (application payante)
trophée anglais duo lingo
Mon super trophée d’anglais Duo Lingo

Depuis, tous les matins, je fais un peu d’anglais et je suis content car ça m’avait manqué !

On arrête plus les coïncidences : j’avais déjà ces applications sur mon portable.

J’ai également commencé à écouter des Podcasts. Pour ça, clairement, j’ai agi avec un bon scepticisme et je ne regrette pas-du-tout. Je me suis découvert un nouveau plaisir, un novel hobby.

Comme quoi, il faut tester par soi-même !

 

Le vouloir pour le croire

Autre chose de nouveau que j’essaie, quelque chose que je ne pensais pas faire un jour dans ma vie : de la méditation. J’avais déjà essayé, sans grand succès. Le succès n’est d’ailleurs toujours pas au rendez-vous, mais 5 minutes le matin ce n’est pas énorme et je veux vraiment voir quels peuvent être les effets ! Un des bienfaits de la méditation serait de booster sa volonté, son self-control. Je pense que cela pourrait m’apporter beaucoup.

Donc je me laisse le temps de le découvrir.

N’oubliez pas, mieux vaut 5 minutes tous les jours que rien du tout ou une heure une fois par mois.

En parlant de volonté, celle-ci est expliquée en long, large, et côtés, de quoi comprendre pas mal sur son quotidien.

Une petite partie sur le sucre, « le démon blanc », y est liée. C’était cool de trouver ça là et je pense que cela pour être utile à beaucoup de personnes !

 

À la diète !

Si je n’ai personnellement pas eu besoin d’ouvrir les yeux sur le sucre, j’ai du les ouvrir au moment de la diète médiatique. Je suis un grand fan des news, en tout genre, utiles ou moins utiles. J’adore lire des articles, sur pleins de sujets différents. Alors ça a fait « aie ».

Du coup, j’ai appris en m’en détacher, pour me concentrer sur des choses plus importantes et utiliser mon temps de manière plus effieciente. Oui Facebook et ses médias me manquent un peu, mais j’avoue que les articles et vidéos que je lis/regarde maintenant sont nettement plus enrichissants !

diète médiatique

Bref, le bon scepticisme.

Avec cette « diète » je me suis rendu compte de ce qui était important et ce qui l’était moins. Aujourd’hui, mes to do lists sont moins remplies et j’arrive à mieux faire la part des choses entre ce que je dois absolument faire et ce qui ne m’apportera rien. Et franchement : ça soulage l’esprit.

Pour finir, il y a un moment que j’ai a-do-ré (même si bien sûr c’est le livre en entier que j’ai adoré). Ce moment, c’est le moment du hack ultime : créer un blog !

Je dois avouer que j’étais… fier de moi ! Je n’ai pas eu à attendre qu’on me le dise pour le faire ! Un blog, meilleur moyen de mettre en pratique ce que l’on apprend. Exactement ce que je fais ici, sur Sonny Étudie.

Mis à part tout ça, ce qui est déjà pas mal tout de même, j’ai choppé deux trois autres conseils en plus, mais chaque chose en son temps. Et je ne voudrais pas tout vous révéler non plus, ce serait trop bête, vu que vous allez vous aussi lire ce livre, vous les rebelles intelligents !

 

Un livre pour une vie

Comme vous avez pu le voir, j’ai été super emballé par Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études. Je tiens cependant à préciser que je n’ai pas raté mes études, je les ai simplement arrêtées. Écrire cet article a été compliqué, j’aurais tout simplement tout recopié si j’avais pu… ! J’ai essayé de faire ressortir ce qui m’avait le plus touché et ce que j’utilise le plus au quotidien. Je n’ai même pas évoqué tout l’humour qu’il y a dedans… ah bah si voilà !

Ce livre sera source de nombreux autres articles, soyez en sûrs !

Maintenant que j’ai fini de lire la première partie (en un mois, oui oui), il me tarde de commencer la deuxième, qui n’est autre que : « Créer son entreprise et devenir libre ».

Cette partie là s’annonce très instructive. J’ai juste peur qu’elle me retourne le cerveau, encore une fois (le pauvre, il doit en avoir marre des galipettes). Mais bon… bon scepticisme oblige !

 

 

So

 

Intéréssé par le livre ? C’est par !

Retrouvez Olivier Roland sur Youtube et sur son blog personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *